Pour mon anniversaire, cette année, mes amis se sont réunis pour m’offrir une expérience folle : Un atelier photo au studio Harcourt.
Le studio Harcourt n’est pas un studio comme les autres. On ne va pas chez Harcourt pour faire des portraits ou des photos de famille. On va chez Harcourt pour faire un portrait Harcourt. 

© Justphotographie

Un atelier qui dure environ 4h dans le studio Harcourt rue Lota dans le 16ème arrondissement de Paris. Nous sommes accueillis par une hôtesse et invités à monter dans le salon de thé pour attendre notre formateur. Le décor est somptueux, les murs tapissés de photos de stars dans la lumière Harcourt. 

Déroulé de l’atelier

  • explications/biographie 
    J’avoue que je connaissais déjà assez bien l’histoire puisque j’avais lu une biographie plutôt complète sur Cosette Harcourt et la création du studio. 
    Vous pourrez retrouver le livre en question à la Fnac.
    Vous en apprendrez alors sur la jeunesse de Cosette, comment sa renommée s’est faite, la création du studio et ses amis, les frères Lacroix, qui l’ont aidée et guidée toutes ces années.
    Vous apprendrez également les hauts et les bas du studio, car tout n’a pas toujours été tout rose.

    Lors de l’atelier, le formateur nous fait un point sur la situation actuelle du studio, qui n’est pas forcément celle qu’on pense.
  • maquillage/coiffure
    Le client est accueilli dans le salon de maquillage, où il rencontre le photographe. Ils font connaissance, discutent de ce que veut le client, font en sorte que l’ambiance soit plutôt détendue, alors que la maquilleuse réalise un maquillage simple, sans artifice et surtout sans brillance !
    Pour ce qui est de la coiffure, c’est la même chose : il n’y a pas de vrai salon de coiffure. Si une cliente veut quelque chose de sophistiqué, il lui est conseillé de la faire réaliser avant la séance, dans un salon de coiffure.
  • Démonstration lumières
    Pendant un peu plus de 2h, le formateur va nous expliquer comment créer la lumière. Parti d’un studio totalement noir, il allume petit à petit, nous montre bien les effets de chaque source de lumière, sculpte le modèle. 
    Pas moins de 8-10 lumières de cinéma sont nécessaires pour construire la lumière d’un portrait. La séance se fait normalement en 1h. Le photographe n’a donc pas le temps de recommencer plusieurs fois … Il doit être sur de lui et doit savoir exactement quoi faire pour obtenir le résultat attendu.

    Durant ces 2h de démonstrations, il nous permet de photographier le modèle, tout en précisant bien que c’est lui qui a créé les lumières et la mise en scène. Lui est positionné sur un trépied pro, à un ISO des plus bas, et une vitesse plutôt basse également. De notre côté, à bout de bras, nous devons adapter nos paramètres. Le résultat n’est pas aussi bon que le sien (forcément, un peu de bruit pour nous) mais la contrainte en vaut la chandelle …).

  • Travaux pratique
    A la fin de sa démonstration, il éteint tout, et propose à l’un d’entre nous de prendre le rôle du photographe et de créer un portrait.C’est plutôt stressant car finalement, aucun d’entre nous n’avait vraiment travaillé avec ce genre de lumières. J’étais entourée de gens amateurs, ou pros mais ne disposant, comme moi, de lumières type softbox. Bref, une grosse responsabilité de passer devant tous ces regards …

    Bref, le formateur appelle à participation et tout le monde se regarde, baisse les yeux, voir même se recule un peu … Mais je me suis lancée ! Le stress de mal faire, de se faire regarder par le formateur, la modèle, et les autres participants … Mais finalement, je suis bien contente d’avoir vaincu ma timidité, et m’être avancée et d’avoir réalisé un vrai portrait lors de cet atelier photo au Studio Harcourt !

    Vous pourrez noter, dans la galerie de photos, les 3 premières prises par moi-même mais avec la lumière du formateur … Mais la 4ème est celle que j’ai réalisée à partir d’un studio noir ! J’ai indiqué donc au formateur quelles lumières je voulais, et il les mettait en place. Quelques aides menues pour donner du reliefs ou atténuer l’ombre à certains endroits mais finalement le résultat est (quasiment) à moi !
  • Post traitement au champagne
    Autour d’une petite coupe, il nous explique comment est géré le post-traitement sur Lightroom, tout en précisant bien que le travail n’est pas réalisé par le photographe mais par une équipe de retoucheurs. 

    Rien d’exceptionnel sur la retouche. La photographie doit être parfaite au maximum à la prise de vue. Par contre, il nous a montré certaines façons de recadrer très intéressantes …

Bilan de cet Atelier photo au Studio Harcourt

Une expérience incroyable, tant pour les particuliers, éblouis par tant de faste et l’incroyable histoire du studio, que pour les professionnels, éblouis par la composition des lumières et des images qui en ressortent. La seule frustration c’est de se rendre à l’évidence : rare sont les photographes indépendants qui peuvent disposer des lumières suffisantes pour reproduire ce style, surtout lorsqu’on aime faire du portrait !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *